Moteur PE...

MoteurPE, moteur de recherche pour professeurs des écoles

Publié par alain l.

Au pays d'Alphabet ...

Au pays d’Alphabet,

les lettres s’ennuyaient;

chacune dans son coin, inutiles,

elles ne savent que faire,

elles ne savent que dire !

 

Mais un jour,

le E, le A, le U se rencontrèrent ...

Eau! Dirent- elles, ensemble.

Oh! s’exclamèrent les autres.

 

Le C, le R, le I poussèrent un cri,

signe qu’ils avaient compris!

Et c’est ainsi que tout a commencé.

 

Jacques LAFONT

 

D'autre poèmes sur l'alphabet sur le blog de Mitsouko ici:

Et un magnifique Abécédaire pour donner aux élèves le goût d'apprendre les lettres ... Et c'est celui que Claire  a choisi pour afficher au dessus du tableau de sa  classe ...

 ( Les jeunes, me l'avaient écrit, leur maîtresse a superbement décoré mon ancienne classe qui a repris une nouvelle vie ...     Il était temps  que je laisse ma place ... ..  )

À voir également ...

Lorsque nous avons appris ce poème en septembre 2014, j'ai retenu une version  du poème trouvée sur le Web chez Bout de Gomme qui commençait ainsi ...

 " Au pays d’alphabet,

les lettres s’ennuyaient;

chacune dans son coin, inutiles,

elles ne savent que faire,

elles ne savent que dire ! "

[...]
 

 

Mais, par la suite Bout de Gomme l'a modifiée car on trouve la plupart du temps cette version du poème , surtout sur les blogs d'enseignants : 

" Au pays d’alphabet,

les lettres s’ennuyaient;

chacune dans son coin, inutiles,

elles ne savaient que faire,

elles ne savaient que dire ! "

 [...]
 

Pour ma part je trouve la première version plus forte émotionnellement ... et c'est pourquoi je l'ai retenue ... mais est-ce vraiment ce qu'avait écrit Jacques Lafont ?

...

7/11/2015

Malgré mes recherches sur le Web , je ne sais toujours pas quelle version est la bonne ...  Alors, j'ai posé hier matin  la question sur son blog Marines Poésies  à Jean-Jacques Dallemand , un disciple de Jacques Lafont ... 

Voici sa réponse :

"Bonsoir, à mon avis, il a dû corriger dans la version définitive (que je ne possède hélas pas) ! ; ce doit être "savaient", Jacques était imbattable sur ce terrain-là !!!!!!! "

 

Dans le doute je laisse donc la version au présent ... Tant pis si la concordance détend ... De toute façon la grammaire n'a jamais été mon point fort ... Et puis n'aurait-il pas fallu aussi écrire : "chacune dans leur coin" ...

Bref , chaussé ... de mes lunettes,  je ne peux résister au plaisir de vous communiquer cette définition d'un Optichien par Jacques Lafont  trouvée également sur Marines Poésies

 

OPTICHIENS :       Chiens d'aveugles et de tous ceux qui ont la vue basse. Chiens de chasse, ils tirent avec des fusils à lunettes, des cailles. Mais certains d'entre eux, qui n'aiment pas le gibier, se nourrissent exclusivement de lentilles ....opti-salé.

 

 

 

9/11/2015

Encore des remords ... A1ors j'ai posé cette fois la question de la version correcte sur le plan grammatical  sur Langue Sauce Piquante le blog des correcteurs du Monde ... Et voici la réponse de Martine Rousseau:

Bonsoir Alain,


Il semble que le poète ait choisi l'imparfait pour cette sorte de conte à la "Il était une fois"



http://www.ec-vilar.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?article596


https://www.ac-paris.fr/serail/jcms/s1_957484/poesie-au-pays-de-l-alphabet


https://www.youtube.com/watch?v=L-CHCor1m5g



... imparfait, temps du rêve... laissons-le donc rêver, non ?


Martine

 

et comme j'avais également posé la question de l'emploi de leur au lieu de son dans " chacune dans son coin, inutiles,"  voici la réponse de Martine:

Bonjour Alain,

Ah, c'est une autre question, cette "histoire de son et leur"...

"Chacune dans son coin"... très bien,

le "son", justement, accentue la solitude, l'ennui, de chaque lettre.


Bien cordialement,

Martine

 

Bon, je ne savais pas et je ne sais toujours pas ce qu'a réellement écrit Jacques Lafont ... Mais je crois que comme me le suggère Martine , je vais sans doute laisser rêver le poète et corriger pour choisir l'imparfait ... mais pas encore tout de suite ...

Alors,  si vous connaissez une version publiée du poème , merci de m'en donner la référence ou directement la réponse à mes questions ...

Et pour jouer en ligne ...

Et encore une nouvelle application  F-a-b-u-l-e-u-s-e  de Patrick Finot ...( et je pèse mes mots   ... ) pour construire des mots comme autrefois avec des lettres mobiles ...

Commenter cet article