Moteur PE...

 

Publié par Lionel Droitecour, Mariella et Alain...

Cet article est reposté depuis Les vieilles lettres.

À l’agonisant

Chaque jour il mourait, sans même le savoir,
L’enfant privé d’amour dans le désert d’absence,
Grain germé dans la nuit, que nulle ardeur solaire
Ne venait réchauffer, seul dans l’obscurité.

Sous le vent du hasard point de sécurité,
En soi point de projet ni de pierre angulaire,
Rien qu’on puisse construire et point de résilience
Si nulle main se tend pour invoquer l’espoir.

Un mot aurait suffit pour retisser du lien,
Sur la trame d’un cœur qui n’était point aride,
Mais qui s’asphyxiait, lentement, dans le vide.

Centré sur sa personne, enfant de l’abandon,
Comme un astre sans fruit dépourvu de rayon,
Son âme s’effondrait, sans guide et sans soutien.

Lionel Droitecour

février 2012

L'image qui illustre le poème est l'image originale choisie par Lionel  Droitecour sur son blog ... Les vieilles lettres ...

C'est Mariella Mangano qui dit le poème ...

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés sous licence Créative Commons 4.0 International.

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

 PUB   N'hésitez pas à vous abonner au blog pour être informé(e)s au fur et à mesure des nouvelles parutions...

Pourquoi  de la Publicité    sur Le Réveil ?

Aujourd'hui Mardi 06/03/18 ... le Réveil est   ?  dans le  Top des  Blogs  d'Overblog ...

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article