Moteur PE...

 

Publié par Lionel Droitecour

Cet article est reposté depuis Les vieilles lettres.

Poucet

Un père et ses marmots s’ébattent dans un pré,
L’herbe semble s'offrir à leurs folles gambades.
C’est un petit Poucet et son frère, plus grand
Et l’homme devant eux ressemble à un géant.

On court « C’est toi le loup ! » On s’enfuit en criant
On se chasse et l’on joue, on tombe, on fait semblant
S’agrippant par l’épaule en douces algarades
Et l’air, d’éclats de rire et d’or pur est diapré.

La nature au tempo donne le diapason ;
Les arbres, ébaubis, festonnent de branchages
La comédie sans mot du théâtre d’amour.

On sent, à le toucher, dans la tiédeur du jour
Le bonheur de ce père en ces enfantillages
Couronné de ciel bleu au chant d’azur profond.

Lionel Droitecour

avril 2007

L'image qui illustre le poème est l'image originale choisie par Lionel  Droitecour sur son blog ... Les vieilles lettres ...

C'est Mariella Mangano qui a choisi et qui  dit le poème ...

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés sous licence Créative Commons 4.0 International.

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

 PUB   N'hésitez pas à vous abonner au blog pour être informé(e)s au fur et à mesure des nouvelles parutions...

Pourquoi  de la Publicité    sur Le Réveil ?

Aujourd'hui  le Réveil est   ?  dans le  Top des  Blogs  d'Overblog ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article