Moteur PE...

MoteurPE, moteur de recherche pour professeurs des écoles

Publié par alain l.

Vous avez dit compréhension ...

Etude sur « lire et écrire » : Les élèves de CP doivent davantage travailler la compréhension 

 

Le chercheur Roland Goigoux est venu présenter mardi 15 septembre à Paris les premiers résultats d’une vaste étude sur la lecture et de l’écriture en CP. Il en ressort que l’apprentissage de la compréhension est une faiblesse de l’école française. Et que pour y remédier, il n’y a pas de recette miracle, plutôt une subtile alchimie de différentes variables.

Faire des dictées mais pas trop, favoriser la lecture orale en classe mais sans excès, travailler la correspondance phonèmes-graphèmes mais pas seulement, enrichir le lexique mais cela ne suffit pas… L’étude, à laquelle une soixantaine de chercheurs ont collaboré, est inédite par son ampleur et la richesse de ses données.

 

Lancée en 2012, elle examine la pratique de quelque 130 enseignants, des profs expérimentés ayant exercé en moyenne 8 ans en CP. Et elle répertorie toute une série de variables qui favorisent, à des degrés divers, la réussite des élèves, ou qui peuvent au contraire  l’entraver.

 

« Il n’est pas de notre ressort de faire des recommandations, a expliqué d’emblée Roland Goigoux, nous allons présenter en détail notre recherche aux cadres de l’Education nationale lors d’un colloque le 25 septembre à l’Ifé (Institut français de l’éducation) à Lyon. Et ce sera à eux d’en tirer les conclusions. Nous, nous continuerons encore pendant des mois à exploiter nos travaux». L’étude a été financée par le ministère de l’Education nationale et par l’Ifé.

 

[...]

 

(lire l'article entier sur le Café Pédagogique)

 

 

Et cette conclusion de l'article :

« Les méthodes ne sont sans doute pas l’essentiel, a conclu Michel Lussault, l’important est plutôt l’outillage des enseignants. Un professeur bien outillé, bien formé et bien accompagné va bien fonctionner. Loin de clore les discussions, cette recherche les relance et permet de sortir des débats d’arrière cours. L’un des problèmes de l’éducation nationale est que l’on ne débat pas assez de pratiques».

Commenter cet article