Moteur PE...

 

Publié par Lionel Droitecour, Mariella et Alain...

Cet article est reposté depuis Les vieilles lettres.

Sentes éternelles

Les filles sont jolies, vives comme une flamme
Et les garçons rieurs les poursuivent d’œillades :
C’est le printemps vainqueur du chœur adolescent,
Moqueur, dont les ardeurs saillent au jour naissant.

On se cherche, on s’évite, on s’appelle, on se fuit ;
Le timide, le fort, le doux et le hardi,
Chacun porte à sa bouche, en brèves incartades,
Cette fleur qui s’effleure et dont le corps s’enflamme.

Là, dans la brise tiède où s’enchante la vie,
Cette sente éternelle nous l’avons suivie
Jadis, en nos élans, pareils à ces gamins.

Nos âmes à mi-voix disent : « Tu te souviens ?
Ta taille que j’ai prise et notre joie commune ? »
Nos mains trouvent encore, au soir, cette fortune.

Lionel Droitecour

mai 2007

L'image qui illustre le poème est l'image originale choisie par Lionel  Droitecour sur son blog ... Les vieilles lettres ...

C'est Mariella Mangano qui dit le poème ...

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés sous licence Créative Commons 4.0 International.

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

 PUB   N'hésitez pas à vous abonner au blog pour être informé(e)s au fur et à mesure des nouvelles parutions...

Pourquoi  de la Publicité    sur Le Réveil ?

Aujourd'hui Samedi 03/03/18 ... le Réveil est   ?  dans le  Top des  Blogs  d'Overblog ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article