Moteur PE...

 

Publié par alain l.

9 Avril 2012

[...] Le lendemain, lorsque les canards sauvages se levèrent, ils aperçurent leur nouveau camarade.  

« Qu’est-ce que c’est que cela ? » dirent-ils : le canet se tourna de tous côtés et salua avec toute la grâce possible.

 «Tu peux te flatter d’être énormément laid dirent les canards sauvages ;
 mais cela nous est égal, pourvu que tu n’épouses personne de notre famille. »

Le malheureux ! est-ce qu’il pensait à se marier, lui qui ne demandait que la permission de coucher dans les roseaux et de boire de l’eau du marécage ?

Il passa ainsi deux journées. Alors arrivèrent dans cet endroit deux jars sauvages. Ils n’avaient pas encore beaucoup vécu ; aussi étaient-ils très-insolents.

« Écoute, camarade, dirent ces nouveaux venus ; tu es si vilain que nous serions contents de t’avoir avec nous. Veux-tu nous accompagner et devenir un oiseau de passage ? Ici tout près, dans l’autre marécage, il y a des oies sauvages charmantes, presque toutes demoiselles, et qui savent bien chanter. Qui sait si tu n’y trouverais pas le bonheur, malgré ta laideur affreuse ! »

Tout à coup on entendit « pif, paf ! » et les deux jars sauvages tombèrent morts dans les roseaux, et l’eau devint rouge comme du sang.

« Pif, paf ! » et des troupes d’oies sauvages s’envolèrent des roseaux. Et on entendit encore des  coups de fusil. C’était une grande chasse ; les chasseurs s’étaient couchés tout autour du marais ; quelques-uns s’étaient même postés sur des branches d’arbres qui s’avançaient au-dessus des joncs. Une vapeur bleue semblable à de petits nuages sortait des arbres sombres et s'étendait sur l’eau ; puis les chiens arrivèrent au marécage : « platsh, platsh ; » et les joncs et les roseaux se courbaient de tous côtés. Quelle épouvante pour le pauvre caneton ! il plia la tête pour la cacher sous son aile ; mais en même temps il aperçut devant lui un grand chien terrible : sa langue pendait hors de sa gueule, et ses yeux farouches étincelaient de cruauté. Le chien tourna la gueule vers le caneton, lui montra ses dents pointues et, « platsh, platsh, » il alla plus loin sans le toucher.

« Dieu merci ! soupira le canard ; je suis si vilain que le chien lui-même dédaigne de me mordre ! »

Et il resta ainsi en silence, pendant que le plomb sifflait à travers les joncs et que les coups de fusil se succédaient sans relâche. [...]

(A suivre...)

                                                                    Contes d'Hans Andersen

Traduction par David Soldi.

  ( Pour écouter l'extrait): 

   

classhands2Texte du conte complet 
 
 
    Exercices 
 

Tag(s) : #littérature ...
 

Avec quand même un + par rapport à l'article publié en 2012 sur L'Eveil ...

À votre disposition maintenant le QCM au format Pdf... grâce à RallyLect de Cyrille Largillier ...

Il est aussi possible de le compléter (une fois téléchargé...) directement avec Adobe Reader sur un ordi  si vous préférez ou si vous ne pouvez pas utiliser la version papier ...

Les Articles du Réveil vous sont proposés sous licence Créative Commons 4.0 International.
 
 

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

 PUB  N'hésitez pas à vous abonner au blog pour être informé(e)s au fur et à mesure des nouvelles parutions...

Aujourd'hui  Mardi  04/07//2017  ... le Réveil est    45° dans le  Top des  Blogs  d'Overblog ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article