Moteur PE...

 

Publié par Lionel Droitecour, Mariella et Alain...

Cet article est reposté depuis Les vieilles lettres.

Évidence

Lâche, lâche la bride, un instant téméraire,
À ton désir secret qui veille en ma chaumière
Près du feu qui se meurt et rougeoie mollement
Comme tièdes ardeurs dédiées au firmament.

 

Ma bouche à ton sein lourd apporte sa prébende
Et j'offre à ton amour tout ce que j’appréhende,
Recueilli en ta foi comme le pèlerin
Qui touche à ton image, émerveillé, serein.

 

Mon voyage est, ainsi, cent fois recommencé
La rade où je m’épanche en l’onde cadencée
D’une marée volage s’offre à nos excès.

 

Pour demeurer en toi aux marges de l’absence,
Je voudrais du sommeil retarder l’échéance
De la mort blême, aussi, l’effrayante évidence.

 

Lionel Droitecour

octobre 2006

L'image qui illustre le poème est l'image originale choisie par Lionel  Droitecour sur son blog ... Les vieilles lettres ...

C'est Mariella Mangano qui dit le poème ...

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés sous licence Créative Commons 4.0 International.

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

 PUB   N'hésitez pas à vous abonner au blog pour être informé(e)s au fur et à mesure des nouvelles parutions...

Pourquoi  de la Publicité    sur Le Réveil ?

Aujourd'hui  Dimanche 04/03/18 ... le Réveil est   ?  dans le  Top des  Blogs  d'Overblog ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article