Moteur PE...

 

Publié par alain l.

Par la magie d'une découverte et d'une rencontre Jean-Pierre nous a offert  ce poème le 21 mars...

 

                                     Amandine...


De toi je connais le regard qu’avait ta mère quand elle te portait
Heureux et tendre, et des cernes bleutés
Sous les yeux
J’ai su qu’elle t’avait conçue
A la plénitude des seins, à la rondeur du ventre
A la nouvelle lumière de son visage


Alors nous t’avons donné un nom : Amandine


Pour que tu vives avec nous aussi longtemps que nous-mêmes
Plus longtemps certes que ta courte vie
Plus longtemps que nous-mêmes les fruits de l’amour étant de toute éternité

 

 

Nous murmurons ton nom, et nous cachant du monde nous t’appelons afin
que nul n’entende
N’ayant connu de toi ni ton visage, ni tes yeux, changent ils aussi selon la
lumière du jour ?
Ne connaissant de toi que le regard que tu donnas à ta mère te portant,
heureux et tendre avec des cernes bleutés sous les yeux,

 

Que la rondeur douce de son ventre quand tu t’y blottissais, la plénitude de
ses seins dans l’attente de tes lèvres
De toi ne connaissant que ton nom,


                                                     Amandine                             Octobre 2006

 

Jean-Pierre Villebramar

Le voici aujourd'hui, Samedi 26 Novembre, lu par Mariella...

 

Et par Julie...

Article mis en ligne le 21/03/2019

 

Mis à jour le 26/10/2019

C'était hier...                                                         À suivre demain...

©  dessins cœurs : Marianne

Les Articles du Réveil vous sont proposés

sous licence Créative Commons 4.0 International.

   Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

                     Ce blog respecte la charte :

(Cliquez sur le logo pour en savoir plus...)

Les commentaires sont modérés  à posteriori cool ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 26/10/2019 18:55

Bonsoir,
Que dire... l'amour et la souffrance sous ses mots que l'on peut partager. Merci à Jean-Pierre, dont on peut comprendre la pudeur et à toi Alain pour ce partage.
Bonne soirée
@mitiés

mariella mangano 21/03/2019 19:32

je suis émue... tes poèmes me bouleversent...

je lis...je me laisse bercer par la beauté...

soudain, un frisson me déchire, derrière la beauté des mots surgit la douleur...

et puis, me relâchant à nouveau par la beauté profonde...

j'ai rarement été tant remuée par des poèmes, merci pour la vibration poète Villebramar <3

Et Merci à toi Alain pour les dons incessants que tu déverses entre les êtres...

Mariella

villebramar 29/03/2019 22:20

merci Mariella ! un proverbe espagnol dit: cantando la pena, la pena se olvida....je pense que tu l'as vérifié maintes fois, plus et mieux que beaucoup d'entre nous.
Amitiés de Villebramar