Moteur PE...

 

Publié par alain l.

Antoine nous propose aujourd'hui ce poème de Charles Baudelaire...

 

 

L’Étranger...

Charles Baudelaire

- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?
- Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J’ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L’or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages !

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, 1869

Et mis en musique par Léo, c'est encore mieux ...

La vidéo du jour...

Aquarelle "Stratocumulus" : André des Gachons

 

Auto-stoppeur étranger:

C'était hier...                                                         À suivre demain...

©  dessins cœurs : Marianne

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés

sous licence Créative Commons 4.0 International.

   Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

                     Ce blog respecte la charte :

(Cliquez sur le logo pour en savoir plus...)

Les commentaires sont modérés  à posteriori cool ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 21/03/2019 18:35

Bonsoir,
Superbe, Baudelaire n'a pas son pareil.
Oui, j'aime les nuages... ils n'ont pas de frontière.
Bonne soirée
@mitiés

alain l. 21/03/2019 18:39

Oui Covix ... pas de frontières les nuages ...
Et pourtant eux aussi peuvent parfois véhiculer le désastre et la mort ...

@t... alain