Moteur PE...

 

Publié par alain l.

Un poème de Tahar DJAOUT pour ce 19 mars...

 

POÈME POUR NABIHA

 

Je rentrerai de voyages

Et te trouverai endormie.

Le raffût des meubles se sera tu,

Les bêtes en douceur se seront éclipsées

Et tous les tambours de la maison

Seront devenus peaux vivantes mais discrètes.

 

J'arrive toujours dans la suspension juste des pulsations,

Quand la chaux, l'argile et leur blancheur ont tout réoccupé.

 

J'arrive

Et je vois peu à peu l'émersion :

Toi d'abord qui orchestres couleurs et mouvements,

Redonnes leur tapage aux bestioles,

Diriges des vols périlleux.

Puis les objets,

Fiers de leur prouesses,

Déclenchent l'élan des manèges.

 

Tu chercheras les chiens acrobates du rêve

Entre les draps étonnés,

Tu secoueras un à un les poudroiements de la lumière

Et la vie se réinstallera.

 

Tu te réveilles

Et la maison devient un carnaval.

Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983

 

Pas encore de voix pour dire ce poème de Tahar Djaout ...

Si vous êtes intéressé(e)... n'hésitez pas à nous faire signe dans un commentaire....

La vidéo du jour...

C'était hier...                                                         À suivre demain...

©  dessins cœurs : Marianne

 

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés

sous licence Créative Commons 4.0 International.

   Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

                     Ce blog respecte la charte :

(Cliquez sur le logo pour en savoir plus...)

Les commentaires sont modérés  à posteriori cool ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 19/03/2019 12:42

Une belle pensée en ce jour souvenir de la fin d'une guerre coloniale. Et pour Rachid Taha.
Bonne journée
@mitiés