Moteur PE...

 

Publié par villebramar

Un jour (...)

Un jour

« cela ne se crie pas sur les toits, il est inconvenant de laisser la porte ouverte ou d'appeler des témoins »

A Breton

 

Un jour

où nous avions perdu nos corps

aussi nos âmes, tu as mis

dans une bouteille un message et tu l'as lancée à la mer, sachant

que jamais elle n'arriverait nulle part, et je cherchais

des bouteilles de nulle part.

Un jour

tu m'as donné rendez-vous

au Québec. Mais tu n'es pas venue.

Puis ailleurs.

Mais tu n'es pas venue non plus ce jour

 

Un jour

nous étions deux, en route vers un même rendez-vous, tu portais

une robe longue, j'ai trouvé que tu étais jolie

j'ai su

qu'un jour tu me plairais

 

ayant ôté ta robe longue, un jour

 

puis, étant deux autour

d'une table d'un café de supermarché, j'ai su :

 

tu me plaisais.

 

 

Un jour j'ai pris

mon courage à demain ai demandé

si un jour nous ferions l'amour et tu as dit :

 

« probablement ».

 

Lors sont venus pluies et brouillards j'ai demandé et tu as dit : oui, puisqu’il pleuvait et que dehors

le brouillard était froid et gris et qu'il n'y avait rien d'autre à faire

que l'amour.

 

Huit ans passés. Il est

trois heures du matin, et c'est le neuf décembre. J'ai hâte de te voir. Tout à l'heure. Te serrer dans mes bras, te serrer fort, très fort, si fort que nous en oublierons la pluie d'automne ; ce jour ; et ce sera

 

le neuf décembre.

 

Pessac, 10/12/2014

 

« l’étreinte poétique comme l'étreinte de chair, tant qu'elle dure, défend toute échappée sur la misère du monde »

A Breton

Peinture et Voix: Joy Eau

 

 

 Ce blog respecte la charte :

(Cliquez sur le logo pour en savoir plus...)

Les commentaires sont modérés  à posteriori cool ...

Improbable Rencontre (...)
(...) poème précédent
poème suivant (...)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article