Moteur PE...

 

Publié par Céline, Franck, Julien, Kaddour, Karim, Xavier

Mes parents ne me comprennent pas toujours. Ils ont des principes, des règles de vie qui ne me conviennent pas.
Ils préfèrent que je ne boive pas d'alcool. Ils pensent que l'alcool est très mauvais parce que j'ai un traitement. Lorsqu'ils ne sont pas là pour me surveiller, j'estime que je peux faire ce qui me plait et prendre des libertés.
On n'a qu'une vie! Alors j'essaye de profiter un maximum. Mes parents ne sont pas d'accord avec cela, mais je voudrais qu'ils tiennent compte de mes soucis et de mes ressentis.

Mes parents sont malgré tout très présents à mes côtés. Lorsque j'ai besoin d'eux, ils se manifestent rapidement.
JE PEUX COMPTER SUR EUX.

Depuis que je suis né, ils m'ont toujours donné autant d'affection, d'amour qu'à mon frère jumeau.
Ils n'ont jamais fait de différence entre nous.
Bien évidemment, il y a des choses que mes parents ont pu faire avec mon frère sans moi: les voyages par exemple. Mais je comprenais ce problème.
Je trouve qu'ils ont bien accepté mon handicap. Ils ne se sont jamais plaints du travail que je pouvais leur donner et des problèmes qu'ils pouvaient rencontrer avec moi.
Mon père et ma mère sont des personnes réservées et ont bien du mérite. Tous les ans, pour les vacances d'été, mes parents font des kilomètres en voiture pour m'envoyer en colo. J'ai bien peur d'avoir un peu usé de leurs forces.
Plus les années passent , plus je prends de l'âge et plus mes parents prennent de l'âge également.
Malgré tout, je pense qu'ils ont réussi à profiter de leur vie à côté de cela.
A cause de ce que mes parents ont vécu avec moi, je pense beaucoup à la possibilité qu'ont les mères, les parents, de décider ou non de la vie de leur enfant, s'ils apprennent que celui-ci sera handicapé.
J'estime, mais cela n'engage que moi, qu'il faut bien y réfléchir.
C'est la vie de l'enfant et celles des parents qui sont en jeu.
Je pense beaucoup à mes parantes, mais je préfère préserver mon indépendance. On ne changera jamais les sentiments que l'on éprouve pour ses parents, pour ses proches.

Mes parents,

je peux compter sur eux


Extrait de "Signé Jacques" pages 18 et 19.

Collection "Vagues d'Ecrits"

Cet extrait est publié avec l'autorisation de Jacques Guillo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article