Moteur PE...

MoteurPE, moteur de recherche pour professeurs des écoles

Publié par Classes de l'I.M.E l'Eveil

Bernard  Friot , après avoir écouté les jeunes de la classe dire un de ses poèmes sur le Réveil nous a fait un magnifique cadeau, il nous a autorisés à publier une histoire pressée inédite   ... La voici pour vous dans son intégralité:
undefined

Dans la salle d’attente du dentiste.

Deux personnes sont avant moi : un gamin d’une dizaine d’années et une dame permanentée d’au moins soixante balais.

La porte s’ouvre. Sort un type maigre et mal rasé. Il se tient la joue en gémissant « aïe, aïe, aïe » et passe devant nous sans saluer.

- Au suivant ! crie le dentiste depuis son cabinet.

Le gamin se lève et referme la porte derrière lui. Deux minutes plus tard, un cri. Puis un autre. La dame permanentée me regarde, pas très rassurée. Je ne réagis pas, continue à feuilleter, l’air ennuyé, un magazine de foot. Un cri déchirant, interminable, fait sursauter ma voisine.

- Pauvre gosse ! soupire-t-elle.

- Quel petit douillet ! je réponds.

Quelques instants plus tard, le môme sort, titubant, le visage ravagé de larmes.

- Au suivant ! crie le dentiste.

Hésitante, la dame se dirige vers le cabinet. Je vois la main du dentiste l’agripper, l’entraîner et, woups !, la porte se referme brutalement.

Je prends un magazine féminin, m’attarde sur quelques publicités dénudées. De l’autre côté du mur, des rumeurs, des gargouillis, des râles, des cris étouffés, des « nooooooon » désespérés. Vraiment, de nos jours, les gens n’ont aucune retenue.

Et puis la bonne femme réapparaît, hagarde, échevelée. Elle peut à peine avancer. Galant, je la soutiens jusqu’à la sortie.

- i a é a, gémit-elle en me regardant d’un air suppliant.

- Quoi ?  Qu’est-ce que vous dites ?

- i a é a…, répète-t-elle.

Je comprends : « N’y allez pas », essaye d’articuler la malheureuse.

- Ne vous en faites pas pour moi ! je réponds.

D’un pas alerte, je retraverse la salle d’attente et entre sans frapper dans le cabinet.

 

- Vous avez rendez-vous ? me demande, le dentiste, surpris.

- Pas vraiment, je réponds.

Puis sortant de ma poche un revolver, j’ajoute :

- Haut les mains ! Personne ne bouge ! Aboule le fric : portefeuille, chéquier, carte bancaire, portable, montre, je veux tout ! Et plus vite que ça, sinon je te passe à la roulette !


                                                                                                                                         Bernard Friot
                                                                                     ( Histoire inédite non encore publiée)

 

 


Commenter cet article

CE2/CM1 09/04/2008 15:01

Bonjour,je sais que nous arrivons un peu tard mais mes élèves ont travaillé sur plusieurs fins, en voici deux :1) Le dentiste était affreux. Ses yeux étaient tout rouges. Il m'a pris par la manche, il m'a jeté sur la chaise alors j'ai crié. Dehors, j'ai entendu quelqu'un dire "Quel petit douillet !"...2) Je dis au dentiste : "- Que faites-vous à ces pauvres gens ?- Rien du tout, ha, ha, ha !"Il se retourne et me menace d'un arrache-dent. Il me dit :"- Partez, ou ça va mal aller !"Je sors du cabinet, je cours et lui rétorque :"-Ca c'est sûr, je ne reviendrai jamais."Je prends ma batte de base-ball, je retourne dans le cabinet du dentiste et je le frappe.Devinez quoi ?Ce n'est pas un vrai dentiste c'est un robot.Décidement j'ai vraiment une dent contre les dentistes...Merci pour cette heureuse initiative.Véronique Druot