Moteur PE...

 

... Je serai quelque jour prochain, / Rendu à ma levée d'écrou, / Délivré de toutes mes craintes ... 1. Mais, je n'ai jamais cessé d'être ! Et qu'est ce donc en moi qui change, Suis-je autre, en devenir, toujours, Divers au chant de l'unité ? Et si, dans...

Pour poursuivre ce Printemps des Poètes 2018 consacré à Lionel Droitecour des poèmes choisis par Mariella cette fois... Autour de la fontaine ils sont quelques gamins Excités par l’été, la chaleur et le jeu À s’asperger, riant, en bouchant de leurs mains...

Oui Lionel ... Un jour viendra pour la muse en goguette ... Mais du poème, non, n’espérez point en vivre. La banque pour cela, ou le jeu de roulette, Sont des moyens plus sûrs pour, confortablement, Voir gonfler sa fortune plutôt que rester sec … Et mon...

Il domptait la matière, Chair de sa percussion, En sa propre effusion. Il avait le visageD’un angeRockeur,Le p’tit batteur ; Les cheveux longsEt un marcelPour exhiberSa grêle silhouette ; Celé, presque au reversDe sa batterie,Derrière un mur de son ;...

J'aim'rais qu'çà cesse esse - esse De s'dégrader der der Sans un bénef ef ef S.D.F. Ce qui me blesse esse - esse C'est d'être soldé dé dé Pour pas bézef ef ef S.D.F. [...] Une chanson et ce poème qu'a inspiré à Lionel l'œuvre de Fernand Pelez... [...]...

Ce Printemps des Poètes consacré sur "Le Réveil" à la Poésie de Lionel Droitecour se termine avec un poème inédit... ... Je suis l’homme tragique où s’inventent des dieux ... Cancrelat... Je suis le fruit amer de la désillusion, Je cache dans mon sein...

Un message aujourd'hui de Lionel Droitecour... Bien oui, le cancer gagne du terrain, mine mes forces, balaye ma mémoire et suspend, hélas, notre rendez-vous quotidien. La maladie est impitoyable. Depuis trois mois, environ je lutte et je m'épuise dans...

Il ne faut, après tout, qu’amuser le rieur, La mode est bien passée, des fleurs de rhétorique, Le meilleur est celui qui hurle et qui provoque, Au pilori joyeux de l’infertilité. ... On n’est qu’un trublion quand on est Arlequin ... Aux échoppes du verbe...

... Au fond de nos tiroirs, reliés, contrecollés / Nos rêves de papier, froissés, sont vanités ... La poésie ainsi devient œuvre virtuelle :Adieu encre, papier, posture solennelle,On regarde les mots paître sur un écran,Troupeau, curieuse estive, pixels...

[...] Hélas, mes pages sont tombeaux, Ternes, rangés en in-quarto Mes vers sombrent aux caniveaux. ... Hélas, ma page est mon tombeau, / Rangés, ternes en in-quarto... Combien de pages font un livre ?Un poème, combien de mots ?Vingt-six lettres pour tout...

De ce vide sidérant, Qui s’exprime et dégoise, Et fait De sa propre personne La seule, l’unique, l’indispensable Mesure de l’univers ... [...] ... Bouffer, / Béer, / Baiser, / Bailler ... Le jeu du « je » Est un jeu populaire. Il se joue à plusieurs....

Et, sans se récrier, tenter un nouveau jour, Chercher cette balise en le vert océan, Ce brisant redouté où guette l’échouage, Le corps dans la mâture et le cœur au mouillage. [...] Aquarelle marine d' Isabelle Jambon Et, sans se récrier, tenter un nouveau...

Ici, pâle, défait, j’attendrai l’échéance, En priant sans ferveur le dieu de poésie Dont le nom se conjugue au ciel de l’hérésie. Je n'ai jamais parlé l'Occitan ... Je l'ai juste un peu compris ... Surtout cette chanson de Mans de Breïsh : "Nòstra tèrra...

Calfeutré, cabossé, Calibré, cadencé, Mon verbe se fait jour. [...] ... Là, je reprends mon cours, / En ces libres concours ... Dans le sein de la nuit Mon rythme se produit, Qui renaît dans l'aurore Au seuil de chaque pore. Lors sans le moindre effort,...

Non, ne tuez pas le silence En lui prospèrent, unis, Les fastes des polyphonies, Où tout espoir soudain fleurit, [...] Georges de La Tour (1593-1652) Fumeur au tison Toutes les musiquesSont contenues dans le silence,De par la mémoire des hommes. C’est...

J’ai tant désiré un rayon, Du ciel, un amoureux surplis, Rien qu’une touche d’affection, Mais il ne me reste qu’oubli. [...] ... Ma scène, alors, est un écrit, / Si j’existe, en cette pulsion, / Qu’ai donc hors de moi décrit ... Je suis en représentation...

Lionel Droitecour nous avait autorisés à publier certains de ses poèmes de notre choix sur Le Réveil ... Voici le premier ... Société du paraître où le leurre est un roi, Où le mensonge règne adoubé par des gueux, Où la pègre du monde, aux mannes financières...

"Assassinat"... Un poème de Lionel Droitecour pour participer au défi d'aujourd'hui d'Evy ... 1. Il ne faut pas tuer le temps Puisque c’est le temps qui nous tue, S’il passe, hélas, on s’évertue À le retenir à mains nues. Il vaut mieux le prendre, le...

Modestement je pose en la rime volage Un peu de ce souci qui est mien, coutumier, Un peu comme on respire en un ciel carnassier Avide de ce souffle à notre bouche, en marge. Vois, lentement nos vies épanchées dans le vent Se répandent sans bruit, accolées...

À coté de mézigue, assise sur un banc, Comme fleur de printemps aux abords d’un chardon, Pâle, fraîche, jolie demoiselle de cœur, Elle m’a quémandé, d’un sourire, un crayon. Ainsi vient au matin, parfois, un pur rayon, Le soleil y échauffe une éternelle...

<< < 1 2 3 4 5 > >>