Moteur PE...

 

Un père et ses marmots s’ébattent dans un pré, L’herbe semble s'offrir à leurs folles gambades. C’est un petit Poucet et son frère, plus grand Et l’homme devant eux ressemble à un géant. On court « C’est toi le loup ! » On s’enfuit en criant On se chasse...

Il ne faut que s’ouvrir un peu plus dans le jour, et ne rien regretter. À pertes et profits les maux, les déceptions, les lies de l’amertume. Je garderai en moi les instants délicieux. De ces rares bouquets fleuris dessous mes cieux je ferai le viatique...

Un article intéressant sur Bernieshoot , illustré par un poème de Lionel Droitecour ... Le plaisir d’écrire des articles, est sans doute le même que celui d’écrire des lettres. Le plaisir est dans la liberté de dire ce qui nous passe par la tête dans...

Les filles sont jolies, vives comme une flamme Et les garçons rieurs les poursuivent d’œillades : C’est le printemps vainqueur du chœur adolescent, Moqueur, dont les ardeurs saillent au jour naissant. On se cherche, on s’évite, on s’appelle, on se fuit...

L’hiver ne voudrait pas mourir,Il raccroche en ses doigts venteux,Aux nuques nues des imprudentes,Echarpes trop tôt disparues. Pâles, pressées de par les rues,Silhouettes ne sont plus lentes,On trotte en maudissant les cieuxHiver s’en revient nous couvrir....

Je m'en allais, rêvant, comme à l'accoutumée, Par les rues adoucies d'un printemps trop précoce Et qui surprend, soudain, à l’heure de midi, Le promeneur frileux – mais qui bientôt transpire Et rouvre son manteau. Ainsi l’hiver chavire En l’haleine folâtre...

Chaque jour il mourait, sans même le savoir, L’enfant privé d’amour dans le désert d’absence, Grain germé dans la nuit, que nulle ardeur solaire Ne venait réchauffer, seul dans l’obscurité. Sous le vent du hasard point de sécurité, En soi point de projet...

Lâche, lâche la bride, un instant téméraire, À ton désir secret qui veille en ma chaumière Près du feu qui se meurt et rougeoie mollement Comme tièdes ardeurs dédiées au firmament. Ma bouche à ton sein lourd apporte sa prébende Et j'offre à ton amour...

Lorsque mes yeux songeurs ont parcouru le jour, Il arrive parfois qu’aux sentiers des amours, Aux sentes de jadis, mon âme fasse un tour, Qui se prend aux ronciers de ces ombreux séjours. [...] Le poème entier sur "Les vieilles lettres" ici: ... Je ne...

Si dieu existe alors il habite une bête, Au désir animal, voici, qu’on le soumette ! [...] " Les dieux n’existent pas, et, précisément, le lieu de leur absence est le cœur aveugle d’un homme, quand il se laisse aller à l’homicide. C’est là le thème de...

Raoul Dufy, (1877-1953) Clowns musiciens, détail Gens de biens ou bien gens de peu Ils s'accrochent aux croches Et s'opposent aux pauses, Réprouvent l'anacrouse − À moins qu'ils ne l'éprouvent, Aux soins de l'agogique Livrant toute logique. Ce sont les...

Et le public, captif statique Écoutant les enharmoniques, Stridente transe exaspérante, Espérait la fin du concert... [..] Un magnifique poème de Lionel ... ... faussé, dans la fosse, oh, oh, / Cahotait un criard chaos ... Le soliste déconcertéDu concerto...

Mon verbe y tresse son verset, M’y escrime, à rime arrimé, Mais j’y trouve ma liberté. ... Mon sonnet sonne, à l’inverse est ; / Mon verbe y tresse son verset ... Je suis ce type casanierQui ne sort jamais de chez lui,Maussade, le nez dans un livre,Les...

À toutes hontes bues, je dirai la clémence, À la nuit langoureuse parlerai d’absence, À l’enfant desséché d’amour, la résilience. ... Et peut-être un regard offert à la confiance ... À toutes hontes bues, je dirai la clémence,À la nuit langoureuse parlerai...

Je n’ai su faire ici tenir cette rengaine, J’y reviendrai demain pousser mes chansonnettes : L’air, je le sais déjà. Et ma libre parole Y saura s’engouffrer ainsi qu’en sa caverne Un vieil ours. Seul, je suis, et longuement j’hiberne, Dans le sein refroidi...

Le privilège assis sur sa grandeur altière, Sans art et sans culture, mécène de son vice. Impeccables salauds haïssant la misère, Ils toisent le faquin perclus dans sa galère, Comme ces nobliaux, dans leur caste, jadis, Quand montent sous leurs pieds...

Musique est ma ligne de vie, Ariane en mon labyrinthe, Où son chant guide ma folie Vers l’aube claire où va sa plainte. Et je me fabrique des ailes De cire et de microsillons, Numérique au gré de ces zèles Je m’envole en maints horizons. Et par ses airs...

À l’an nouveau toujours on souhaite quelque chose, La santé, le bonheur et cent désirs encore : Le mal est, un instant, prié de disparaître. [...] " ... Tant pis. Au moins ce jour on marquera la pause ... " À l’an nouveau toujours on souhaite quelque...

Voici, je veux durer, mais tout fuit et s’échappe, Construire dans le marbre, au banquet du satrape Ne console jamais que les fous et les gueux. [...] ... Le sage, lui, se perd à contempler les cieux, / Y cherchant la pensée qu’imageront ses yeux ... Ce...

Il faut survivre à son enfance, Jusqu’au jour, où, coïncidence, On l’aperçoit : tout se dénoue, C’est elle qui survit en nous. [...] Vincent Van Gogh (1853-1890), Portrait de Camille Roulin, détail Il faut survivre à son enfance, Jusqu’au jour, où, coïncidence,...

<< < 1 2 3 4 5 > >>