Moteur PE...

 

Publié par Lionel Droitecour, Mariella et Alain..

Cet article est reposté depuis Les vieilles lettres.

Gros-Jean

Modestement je pose en la rime volage
Un peu de ce souci qui est mien, coutumier,
Un peu comme on respire en un ciel carnassier
Avide de ce souffle à notre bouche, en marge.

Vois, lentement nos vies épanchées dans le vent
Se répandent sans bruit, accolées au néant
Quand, dans la folle ardeur de notre cœur béant,
Nous croyons y tenir une épure, souvent.

Mais, dupes, nous restons Gros-Jean comme devant,
Egarés d’infinis où ne sont nuls verseaux
Pour irriguer le cours de nos vagues ruisseaux.

Lorsque la pluie d’automne a mouillé l’océan,
Les bruines, les embruns, se dispersent, céans
Aux nuées parsemées des âmes en lambeaux.

Lionel Droitecour

avril 2008

L'image qui illustre le poème est l'image originale choisie par Lionel  Droitecour sur son blog ... Les vieilles lettres ...

C'est Mariella Mangano qui dit le poème ...

 

Les Articles du Réveil vous sont proposés sous licence Créative Commons 4.0 International.

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Voir le Résumé Explicatif | Voir le Code Juridique

 PUB   N'hésitez pas à vous abonner au blog pour être informé(e)s au fur et à mesure des nouvelles parutions...

Pourquoi  de la Publicité    sur Le Réveil ?

Aujourd'hui Vendredi  09/03/18 ... le Réveil est   ?  dans le  Top des  Blogs  d'Overblog ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article